Maison espagnole

Quel budget pour acheter une maison en Espagne ?

L’Espagne fait rêver de plus en plus de Français, mais pas seulement pour son soleil et ses plages. Effectivement, le marché de l’immobilier y est particulièrement favorable aux investissements étrangers et de plus en plus de Français y achètent leur résidence secondaire. Cependant, si les prix du mètre carré sont plus bas qu’en France, il ne faut pas oublier de prendre en compte tous les autres coûts.

Les obligations de l’acheteur étranger

Quand vous achetez un logement en Espagne, mais que vous êtes citoyen d’un autre pays, vous devez absolument remplir quelques obligations. Ces obligations sont légèrement simplifiées si vous êtes citoyen de l’Union européenne. La première de toutes ces obligations, c’est celle d’ouvrir un compte bancaire de non-résident.

L’ouverture de ce compte bancaire facilitera énormément tout le processus d’achat, notamment parce que vous pourrez y transférer les sommes nécessaires à certaines charges liées à l’achat. Enfin, ce compte en banque vous permettra de faciliter vos relations avec l’administration fiscale. Il y a également une taxe foncière en Espagne, ainsi qu’une taxe d’habitation. Il sera plus simple pour vous de les régler avec votre compte bancaire espagnol.

Enfin, vous devrez également absolument obtenir un Numéro d’identification des étrangers. Il est absolument nécessaire pour pouvoir acheter un logement en Espagne et vous pourrez l’obtenir en vous rendant au bureau de police de votre choix avec votre passeport. Il est difficile de quantifier le coût de ces démarches, mais elles sont obligatoires et doivent être prises en compte.

Les taxes liées à l’immobilier

Nous vous parlions déjà de la taxe foncière et de la taxe d’habitation un peu plus tôt. Elles représentent toutes les deux des coûts à prendre en compte chaque année pour connaître précisément le coût de votre achat immobilier. Cependant, ce ne sont pas les seules taxes qui existent.

Lorsque vous achetez un logement ancien, vous devrez également vous acquitter de l’impôt sur le transfert de propriété. Selon la ville, le taux de cet impôt varie entre 6 et 11 % de la valeur totale de l’achat. Il faut également prendre en compte la taxe sur les documentations juridiques (entre 0,5 et 1,5 % de la valeur du bien) et, bien sûr, les frais de notaires (0,1 % de la valeur du bien).

Enfin, vous devrez vous acquitter des frais d’inscription au Registre de la propriété. Cette déclaration vous faisant officiellement propriétaire de votre logement, vous coûtera 400 € pour un bien de 50 000 € et 650 € pour un bien d’un million d’euros.

D’autres frais peuvent s’ajouter

Évidemment, il y a d’autres frais qui peuvent être pris en compte selon la situation. Si vous faites appel à une agence, renseignez-vous sur ses tarifs. Pareil si vous faites appel à un avocat spécialisé dans l’immobilier pour vous aider à négocier les meilleurs tarifs.

Enfin, si vous achetez un logement neuf, sachez que la vente sera soumise à la TVA. Ainsi, vous devrez prendre en compte ce coût supplémentaire pour connaître la somme exacte de votre achat. Tous ces coûts doivent évidemment être pris en compte pour éviter d’éventuelles mauvaises surprises.

Laisser un commentaire